En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'installation de cookies sur votre terminal. Plus d'informations sur les cookies
62130 FRAMECOURT
32756 visites
une gestion publique de l'eau potable du Ternois

voir  Rubrique Mairie , Mot du Maire

Nouveau livre de Claude DEVAUX

Le Silence des cloches

Comment un petit village du Ternois a vécu La Révolution de 1789

Voir rubrique  Histoire locale , histoire ancienne

Le Maire s'exprime sur les évènements

VOIR RUBRIQUE  Mairie MOT du MAIRE

Nouveau conseil municipal

Voir Mairie  -Mairie-infos- equipe municipale

UN LIVRE pour les Amis de SILLONS de CULTURE

UN CHEMIN de CULTURE

Consultez larubrique Sillons de Culture

sous-rubrique : Vie de l'association

EGLISE de FRAMECOURT

Lien: Rubrique "Histoire ancienne"

articles 11 et 12

Framecourt ,chef lieu de canton en 1790

Voir Histoire locale...Histoire ancienne

Programmation 2017

Brochures disponibles dès maintenant office du Tourisme de St Pol

St WULGAN et le prieuré

Voir Histoire ancienne

St WULGAN patron du Prieuré

THEATRE à RAMECOURT le 16 JANVIER

                     

                   SILLONS de CULTURE vous invite à

                         RAMECOURT

           Samedi 16 janvier 2010 à 20h00 salle communale

                 Théâtre " BASHIR LAZHAR"

            Entrée : 6 € (gratuite pour tous les scolaires)

                Possibilité de réservation: sillons@voila.fr

 

Texte Evelyne de la Chenelière (Editions Theâtrales),
 mise en scène David Gauchard, avec Samuel Dewasmes, Saverio Maligno,             création lumière Yannick Taisnes,
production La Compagnie / Co, avec l'aide de la DRAC
Nord Pas de Calais, Conseil Régional Nord Pas-de-Calais, Conseil Géné-
ral du Pas de Calais, l'ACSE Nord Pas-de-Calais, L'Escapade, MAC de
Sallaumines / Mécénat d'entreprise : JML Communications Visuelle, la-
vicebo.com
« Entre guitare électrique live (Samuel Dewasmes) et texte ciselé (Saverio Maligno), l
histoire de Bashir Lazhar, cest celle dun immigré algérien qui se retrouve
au Québec. Sans possibilité de retour. Sans papier. Sans famille. Sans horizon sinon le deuil et un poste d
enseignant usurpé dans un collège. Quil perd bientôt. Juste
le temps de semer quelques graines de sagesse. De rencontrer Alice, une élève, la seule sensible à sa vision de l
Education. Voilà les grandes lignes, et on nen dira pas
plus, histoire de préserver l
intérêt des flash back qui rythment la pièce et distillent au compte-gouttes de quoi faire connaissance avec le personnage »
 La Voix du
Nord - AnnaMorello
je vous écris, du Pas de Calais (Nord de la France). J'ai effectivement vu la pièce Bashir Lazar plusieurs fois. C'est une pièce fort bien interprétée par des comédiens locaux. Le texte est magnifique et me donne des frissons, bien que je les ai entendues 4 ou 5 fois déjà, et je ne m'en lasse pas... Les comédiens sont remarquables et le sujet toujours autant d'actualité, chez vous comme en France. Les textes sont bien écrits et l'accompagnement musical extraordinaire. On ressent très fort d'abord le dynamisme qui anime Bashir Lazar, dans sa soif d'apprendre aux enfants et la souffrance quand il apprend la mort des siens. Chaque fois j'en suis sortie toute "retournée". Je tiens à préciser enfin que ma fille joue aussi dans cette pièce, le rôle de la petite Alice, petite fille aux longs cheveux blonds, aux yeux clairs, qui rappelle tant à Bashir sa fille restée en Algérie. Ceci explique peut-être l'engouement que j'ai pour cette pièce, mais pas complètement. Car plus je la vois et plus j'adore.
 
 
Avec Bashir Lazhar, Evelyne de la Chenelière continue sa méticuleuse exploration de la nature humaine et ajoute une corde politique à son arc en évoquant la réalité d'un réfugié politique. L'art de susciter le débat.
 
Bashir Lazhar, un Algérien, débarque au Québec dans l'espoir d'obtenir son statut de réfugié politique. Puis, à cause de circonstances dramatiques et exceptionnelles, il se retrouve enseignant dans une école primaire. "Il donne la classe, mais peu à peu, on accède à son intimité, à ses réflexions et aux clés qui permettent de comprendre d'où il vient et quels sont les événements tragiques qui l'ont mené au Canada", raconte Evelyne de la Chenelière.
Pourquoi l'auteure a-t-elle placé son personnage dans la peau d'un professeur? "Ça m'est apparu comme indispensable qu'il soit en contact avec des enfants. C'est sa survie", explique l'auteure, avouant également que l'école primaire publique - qu'elle fréquente en tant que mère - est un environnement qui l'émeut. "Pour moi, ce lieu est symboliquement le pouls le plus juste de notre société, ne serait-ce que par les noms sur les listes d'enfants. Je pense au courage des parents immigrants dont les enfants vont apprendre une langue qui leur est étrangère, à eux."
De son côté, Denis Gravereaux, comédien d'origine française, qui interprète Bashir Lazhar, semble particulièrement touché par l'humanité de son personnage. "Même s'il porte une tragédie et un passé très lourd, il n'est pas animé par la haine. Il est plein d'amour et d'une profonde humanité. Il a un regard sur la vie et sur l'enfance qui prédomine tout", souligne-t-il. Pour lui, la beauté de l'oeuvre passe également par la parole intime qu'elle nous livre: "Bashir Lazhar raconte son drame, on va au fond de son être. Cette proximité-là est très belle", enchaîne celui qui se retrouve une fois de plus seul sur scène, juste après avoir interprété maître Échinard dans Le Huissier, un one man show.
DÉSIRS SIMULTANÉS
En 1999, plusieurs impulsions poussent Evelyne de la Chenelière à débuter l'écriture de Bashir Lazhar. D'abord, elle éprouve le désir d'un renouvellement dans sa méthode de travail: "Jusque-là, c'est mon instinct qui me poussait vers des thèmes. Ici, j'ai eu envie de rassembler des faits, des documents, de réaliser un autre genre de travail intellectuel". Puis, avant que le gouvernement canadien ne lève le moratoire sur les déportations vers l'Algérie (en 2002), elle se sent interpellée par la cause des réfugiés politiques. "Je me suis mise à lire des livres, je me suis renseignée auprès d'un cabinet d'avocats spécialisés dans le droit des immigrants. Ça a été très riche pour moi."
L'auteure et le comédien s'entendent pour dire que cette pièce en est une politique et engagée, sans toutefois que ces dimensions occupent une place prépondérante. "Le statut de réfugié politique n'est pas facile à obtenir ici, c'est un dédale d'étapes administratives, et on comprend cela dans le parcours du personnage. Mais on se concentre sur cet homme-là, qui n'est pas enseignant de profession et qui se retrouve en position de communiquer des choses à des enfants. Comment vit-il cela?" explique Evelyne de la Chenelière. "C'est une pièce engagée qui ne nomme pas forcément les choses, ne démonte pas les mécanismes de l'immigration ou de l'éducation. Ces éléments sont abordés, mais toujours du point de vue de l'humain. De là, il se dégage une parole politique", dit Gravereaux.
La mise en scène est assurée par Daniel Brière. "Il a imaginé un univers très évocateur, qui représente à la fois l'école et la prise de parole. Le personnage est presque conscient de partager cette histoire avec le public, parce qu'il déploie concrètement des choses pour la raconter", confie l'auteure.
DROIT DE PAROLE
L'année dernière, une lecture publique de la pièce a eu lieu dans le cadre du Congrès ASSITEJ, tenu à Montréal. Le metteur en scène Daniel Brière avait eu l'idée d'ouvrir une discussion après la présentation, ce qui avait soulevé une foule de questions et d'observations quant à la méconnaissance de la réalité des réfugiés politiques. Voilà pourquoi Bashir Lazhar redevient aujourd'hui objet de médiation culturelle. Après chaque représentation, des discussions auront lieu entre le public et deux jeunes animateurs (Monia Chokri et Ariel Ifergan), comédiens issus de communautés culturelles, qui ont reçu des formations sur le sujet.
Pour favoriser le débat et les échanges, le Théâtre d'Aujourd'hui a d'ailleurs réussi, grâce à un programme spécial de la Ville, à offrir des billets à certaines communautés culturelles ciblées, dont les membres assisteront gratuitement au spectacle et pourront ensuite témoigner de leur expérience personnelle. (Daphné Angiolini)
Jusqu'au 3 février
Au Théâtre d'Aujourd'hui
Voir calendrier Théâtre
ooo
POUR EUX, BASHIR LAZAR, C'EST...
"Bashir Lazhar, c'est l'histoire d'un réfugié politique algérien, d'un battant, car pour décider de quitter son pays, il faut un courage qui n'est pas donné à tous. J'ai été très touchée par la pièce, d'une part, parce que mon père est un immigrant tunisien, mais aussi parce que le sort des réfugiés politiques n'est pas très souvent médiatisé. C'est troublant. Au Québec, on se considère comme une terre d'accueil alors que beaucoup de gens qui cherchent refuge chez nous se font refouler bien que menacés de mort dans leur pays."
Monia Chokri, actrice et animatrice du débat.
"En lisant la pièce d'Evelyne de la Chenelière, j'ai pleuré. Je n'arrivais pas à croire qu'une Québécoise puisse si bien comprendre ce que vivent les survivants, ces gens de toutes origines et religions qui ont vécu des conflits, des guerres et qui sont venus se réfugier ici. Je n'arrivais pas à croire qu'elle puisse aussi bien me comprendre, moi, qui ai vu mes amis mourir en Bosnie, qu'elle puisse mettre des mots sur des émotions que je n'avais jamais réussi à exprimer. Je pense que cette pièce est un cadeau pour tous les immigrants qui ont vécu ce déchirement et qui se sentent isolés, persuadés qu'on ne les comprend pas..."
Seana Pacic, chanteuse et interprète de la voix de la femme de Bashir Lazhar.
"Ce n'est pas un spectacle sur l'immigration en général. C'est d'abord l'histoire d'un individu et une réflexion sur l'éducation. Avec cette pièce, on espère organiser une rencontre avec des gens qui n'ont pas l'habitude d'aller au théâtre et leur donner envie de livrer des témoignages personnels, de prendre la parole, de poser des questions. Pour préparer cette rencontre, nous avons rencontré la mère d'Évelyne de La Chenelière, qui est travailleuse sociale dans un bureau d'avocats spécialisés dans le domaine de l'immigration. J'ai découvert une réalité un peu déprimante où les absurdités administratives créent souvent des drames humains."
Ariel Ifergan, acteur et animateur du débat. (Propos recueillis par Mathilde Singer)
 
CAFE-PHILO sur la VERITE

Rubrique Sillons de Culture  saison 2017

Gestion de l'eau DEMAIN

 rubrique Syndicat des eaux (informations diverses)

Eau:nouvelle compétence Com de com

La Première Ecole 1872

Voir histoire locale   et histoire ancienne

Georges SANGNIER : grand historien du Ternois

Conférence de Claude Devaux en 2009

Voir Sillons de Culture  Vie de l'association

Soutenir la culture

Voir Mairie , mot du maire

Histoire de la nouvelle Ecole

Voir Histoire locale ...Histoire ancienne

Investissements communaux

Investissements de la commune de 2001 à 2012

Voir Mairie  Mairie-infos - Travaux

Texte libre Carte communale

Carte communale  officielle par arrêté du Préfet

Voir rubrique Mairie et Conseil

a3w.fr © 2018 - Informations légales - framecourt.monclocher.com